San Vicente : on a fait un bond au paradis

Lundi 2 avril. Après avoir eu 1000 idées d’itinéraires possibles et inimaginables notre première « vraie » destination était enfin à nous. Enfin après les 3h30 de van depuis l’aéroport de Puerto Princesa… Aller au paradis ça se mérite et les Philippines l’ont bien compris.

Je disais donc après 3h30 de van (et un arrêt pour vérifier qu’on ne faisait pas de trafic de mangue verte… on n’a toujours pas compris) on est enfin arrivé au Sunset Beach Resort.

Petit hôtel de seulement 5 chambres qui donne directement sur une plage privée. Avec Roberto, le propriétaire allemand, tombé amoureux des Philippines il y a quelques années, on avait déjà parlé plusieurs fois par mail. Alors autant vous dire qu’on était super content de se voir en vrai.

La vue tous les matins en prenant son petit déjeuner. Il y a pire non ?

Mais en fait j’ai vite compris que c’était pas nous, c’est que Roberto il est comme ça. Il accueille chaque invité comme si c’était sa famille. Il nous met à l’aise dès le début. Et puis on a rencontré sa femme Thelma, la meilleure des cuisinières ! C’est simple on a passé 3 jours à faire des onomatopées à chaque bouchée. Si bien qu’on n’a pas mangé ailleurs qu’à l’hôtel. Spécialités Philippines, spécialités du couple, sandwich club… tout est là à portée de main et Thelma sait tout cuisiner. Et même quand il y a une coupure de courant Thelma elle se démonte pas : flash du portable et gazinière et hop « pasta ala Thelma » devant nous et nos papilles qui se réjouissent d’avance.

Cet hôtel c’est un petit bijou… quasiment sans wifi. Bon nous ça nous a pas dérangé. Au contraire le charabout qui trouve que je suis accro à mon portable (impossible il doit se tromper de personne) était bien content de m’avoir rien que pour lui sans écran pour s’interposer entre nous. Et puis c’est ça aussi les vacances non ? Se déconnecter ! En tout cas c’est notre vision à nous des vacances parfaites. Mais je préfère prévenir parce que tout le monde ne veut/peut pas se déconnecter. Et c’est pas ici que vous pourrez ne serait-ce qu’ouvrir un message WhatsApp. Je mettais, au bas mot, 6h pour envoyer un message.

Le coucher du soleil ou comment on aurait voulu être des yogi et méditer sur la plage

Oui parce que je suis pas venue vous parler de la fréquence du wifi dans cet article. Faut vous parler du coucher de soleil à couper le souffle auquel on avait le droit chaque soir. Ou peut-être que les photos seront plus parlantes ? Je vous laisse en juger par vous même…

On peut même s’amuser à faire des cœurs avec le ciel (à défaut de faire le lotus)… trop d’love en somme

Et même si on resterait bien des heures à manger ou prendre l’apéro devant les couchers de soleil plus beau les uns que les autres la journée on fait quoi ? Et bien la journée on fait un tour des îles en bateau (en bangka plus précisément, c’est le bateau traditionnel philippin). Et croyez moi on s’attendait pas à avoir autant le souffle coupé.

Island hopping : Port Barton je crie ton nom

Une bangka, une eau turquoise et le sable blanc… Moment parfait

Autant j’avais préparé les différents tours pour El Nido et Coron mais je m’étais moins occupée de San Vicente. Pourquoi ? C’est une bonne question. Sûrement parce qu’étant moins touristique que les deux autres je me suis dit qu’il y avait moins à anticiper. Puis j’avais une confiance aveugle en Roberto. Alors dès le premier soir on a demandé à Roberto si on pouvait réserver un tour privé.

Petite aparté : on a choisi un tour privé à chaque fois (sauf pour le dernier tour à Coron) sur chaque île parce qu’on voulait aller à notre rythme. Oui c’est plus cher, oui on voit (presque) les mêmes choses. Mais si on veut rester 1h sur un spot parce qu’on tape la discute avec Nemo et Dori on peut. Et ça c’était indispensable pour nous. De faire ce qu’on veut, pas de taper la discute avec Nemo et Dori. Quoique…

Roberto il est connu comme le loup blanc à San Vicente. On l’apprendra plus tard mais c’est aussi parce que depuis qu’il est sur son île Roberto n’a qu’une idée (ou plutôt une parmi des milliers) : protéger les coraux de Port Barton/San Vicente. Alors quand Roberto écrit à 21h pour dire qu’il y a deux loustiques qui veulent faire du bateau sur l’eau en private tour et patati et patata… à 21h01 on lui dit ok et on a rendez-vous le lendemain matin à 8h30 avec notre Roberto pour qu’il emmène au port.

Que vous preniez avec Roberto ou par vous-même c’est le même prix, il ne se fait aucune marge. 3500 pesos pour deux comprenant le déjeuner et les taxes touristiques sur les îles.

Quand on est arrivé on nous a dit qu’on verrait Nemo, qu’on verrait des tortues, qu’on verrait des coraux plus beaux les uns que les autres et des étoiles de mer ou encore des paysages de carte postale. Quand on est arrivé on nous a pas menti. On a vu tout ça et surtout on a fait une super rencontre, notre guide du tonnerre : Chris. Chris a fait du snorkelling avec nous, a fait notre guide autant sur le bateau que dans la mer. Il a fait la cuisine comme un chef. Bref il nous a fait passer une journée de rêve. On n’en revenait pas de vivre tout ça en ayant cette impression d’être seuls au monde, rien que le charabout et la zouille.

Au fur et à mesure de la journée on a fait des stops soit pour faire du snorkeling en pleine mer, soit pour voir des plages ou encore aller se rafraîchir dans une cascade.

Hop un arrêt sur une île pour déjeuner… A moins que l’on soit en direct d’une carte postale ?
Un peu de balançoire en attendant le déjeuner… La vue est plus belle que depuis le jardin de tatie vous ne trouvez pas ?
Le festin pour deux préparé par Chris et son coéquipier : poisson frais, poulet au barbecue, salade… Un régal !
Notre jolie rencontre à German Island
Les étoiles de mer rencontrées au sandbar (un banc de sable perdu au milieu de la mer). On aurait presque dit des fausses et pourtant elles étaient bien vraies !
La rivière derrière laquelle se cache la cascade bien rafraîchissante… Après 15 minutes de marche sous une chaleur étouffante pour y accéder.

Après une journée riche en émotion et en émerveillement il était l’heure de rentrer après un dernier arrêt sur une île qui n’était pas dans le tour initialement prévu (un des avantages du tour privé) : Only one coconut island. Nommée ainsi car c’est une île avec un seul et unique cocotier ! Une toute petite île qui nous a permis de faire du snorkeling, de voir un homard, des coraux et des poissons multicolores et de nouveau la famille de Nemo dans une anémone.

De retour à l’hôtel on a sauté dans la piscine et raconter nos aventures au couple de belges qui se trouvaient dans notre hôtel.

Apéro sur la plage en regardant le coucher de soleil, se remémorer cette journée… l’heure d’aller dîner et se coucher arrivait.

Déjà l’heure des au revoir…

Le lendemain nous avons louer un scooter à l’hôtel directement (500 pesos pour une demi-journée). A savoir qu’aux Philippines (et dans beaucoup de pays asiatiques comme la Thaïlande) le port du casque n’est pas monnaie courante (ni la ceinture de sécurité en voiture). Honnêtement je ne sais pas si c’est obligatoire mais toujours est-il que nous avons suivi la mode philippine et donc roulé sans casque, cheveux au vent (maman si tu me lis : pardon promis je ne recommencerai pas !)

Une belle balade où si nous n’avions pas de casque nous avions une casquette qui s’est envolée pour ma part au bout de deux mètres. Des philippins en moto derrière nous me l’ont récupéré. Balade où nous avons rencontré un serpent mais surtout des villageois adorables qui nous saluaient, des enfants qui nous faisaient des grands sourires en nous suivant sur la route, des personnes faisant sécher du riz au bord de la route. Une balade où on s’est senti en liberté sur cette île avec l’impression d’être les seuls touristes.

Cette journée était la dernière malheureusement pour nous. Mais on avait un circuit à terminer et d’autres belles choses à voir. Le lendemain matin on a pris un van partagé avec le couple de belges et c’était parti pour El Nido.

On parlera de El Nido dans un prochain article. Mais passer d’un endroit où l’on est choyé et seuls au monde à une ville où affluent tous les touristes de passage aux Philippines… n’a pas eu l’effet escompté.

En attendant nous repartions le cœur lourd de quitter Roberto et Thelma, mais avec des souvenirs plein la tête et un collier en coquillage offert par Roberto.

Quelques infos pratiques

  • Où dormir ? À l’hôtel Sunset Beach Resort évidemment !
  • Pour manger nous n’avons pas bouger de l’hôtel mais en se renseignant avant de partir on avait noté quelques adresses : Peace and love resort et Villanueva’s canteen
  • A savoir que Port Barton ou San Vicente ressemblent au El Nido d’il y a 5/6 ans. Lorsque nous y étions un aéroport en face de l’hôtel était en pleine construction et quelques vols étaient déjà effectifs. Je ne sais pas si le San Vicente que nous avons décrit sera le même dans un ou deux ans. Mais ça vaut le coup d’essayer (et/ou de se renseigner avant sur les blogs et forums). Avant qu’il y ait l’affluence que l’on a connu à El Nido il y a de la marge. Roberto se bat pour préserver ce coin de paradis à la fois dans la mer mais aussi avec un état d’esprit aux antipodes des hôteliers de El Nido.
Publicités

9 réflexions sur “San Vicente : on a fait un bond au paradis

  1. Charabout dit :

    Félicitation à toi ma zouille pour cette description et organisation de ce magnifique voyage. A refaire très vite avec une confiance aveugle en ta compagnie pour aller à la découverte de nouveaux paysages.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s